Lors de notre dernier rendez vous avec la conseillère conjugale pour Joy, elle m'a vivement conseiller de prendre rendez vous avec un psychiatre ou un psychologue. 

Je n'ai trouver qu'une infirmière psychiatrique !! C'est toujours ça.

J'ai eu mon premier rendez vous aujourd'hui. J'y suis aller avec beaucoup d'apréhension et j'y suis aller à reculons surtout. 

Etaler ma vie à quelqu'un que je ne connais pas, c'est vraiment une épreuve difficile, limite traumatisante !!

Parler de ce qui me fait encore souffrir, de ce que j'essais de mettre derrière moi et qu'il fait que je ressort encore.

Les premiers rendez vous c'est toujours "brouillon", et je n'aime pas les rendez vous bouillons, je les trouvent inutiles, à la limite du chiant.

C'est des tas de questions pour que le praticiens apprennent à me connaître, savoir ce qui ne va pas chez moi. Et je sais qu'il y a tout plein de chose qui ne vont pas, qui continue à me faire du mal, à m'angoisser, à me bouleverser aussi.

Il parait que c'est pour mon bien, qu'il faut que je me laisse le temps de 2 ou 3 séances pour voir, pour savoir si cette personne me convient, si je sent assez bien pour continuer à aller la voir.

Avec la conseillère conjugale une sorte de confiance est installer, pas besoin de tout reprendre depuis le début, elle connais déjà mes points faibles, mais elle est là pour Joy, pour nous deux et pas pour moi.

Aujourd'hui j'ai commencer une nouvelle relation, ou je vais avoir du mal a me confiant, je vais être méfiante, je vais être sur mes gardes. 

C'est vraiment pas facile de devoir tout recommencer à zéro, je ne sais pas comment elle fait pour lire entre mes lignes, si elle va décrypter mes gestes, mes regards, ma façon de respirer ??? Avec la conseillère conjugale, je sais déjà comment elle fait, comment elle interprète nos gestes, les regards que nous nous échangeons. 

Mon prochain rendez vous est la semaine prochaine, juste avant mon opération. 

Ce soir je suis partager, entre soulagement d'avoir trouver quelqu'un a mon écoute, et entre devoir encore une fois étaler ma vie, verser des larmes. 

J'ai peur aussi de me remémorer des souvenir gentilles cachés rangés bien au fond de ma mémoire. Je sais que ca ne sera pas du tout facile, mais je sais très bien que j'en ai besoin aussi.

En parler ici me fait du bien aussi, mais je ne dirais rien de trop personnel ici, en tout cas pour le moment ce n'est pas d'actualité.