Le titre est assez évocateur !!

En plus d'être mon pire ennemi il est aussi un de mes plus vieux démons.

Difficile de lui faire face en ce moment. 

Quand je m'ennuis je tourne en rond, j'ai la sensation d'avoir toujours faim. 

Quand tu as cette sensation de faim, la première chose que tu fais c'est grignoter !! C'est comme ça, je crois que beaucoup de personnes n'arrivent pas à contrôler ce mécanisme. 

Lors de mon suivi chez la psychologue avant mon opération, c'est un sujet que nous avons abordé plusieurs fois, elle m'a donné les clés pour réussir à ne pas craquer, pour réussir à faire face à l'ennui, à l'ennemi serait plus juste.

Je peux te donner les quelques tuyaux que j'ai en ma possession, ça aide souvent. Il faut occupé son esprit par une activité, non pas celle de manger !!! Par une activité qu'on aime faire. Pour ma part c'est souvent du coloriage, faire à manger, le ménage. Elle m'a aussi conseiller de prendre une boisson chaude et un peu sucré, car c'est ce que mon esprit recherche, le réconfort du sucre. 

Mais parfois tout ceci ne m'aide pas sur le long terme, je continue de tourner en rond et d'avoir cette fichue sensation de faim qui me tenaille l'estomac.

Alors il est trop souvent inévitable pour moi de craquer, sur tout et sur rien. J'essaie quand même au maximum de ne pas consommer des choses trop grasses ou trop sucrées. 

Malgré un thé sucré, ou même avec quelque chose de plus gourmand telqu'un cappuccino cette envie de remplir mon conteneur émotionnel est toujours là, aussi forte. 

Alors en dernier recours je me parle, et ça arrive aussi que je me parle à voix haute !! Non non je ne suis pas folle ... Mais malgré tous mes efforts acharnés je craque, sur un bonbon, deux carrés de chocolat, un pain au lait, une biscotte avec du beurre de cacahuète, des fruits à coques. Tout ce qui fait culpabilisé en fait, tout ce qui fait que je me déteste encore plus une fois ma bouche vide. Je me cache pour que ça me paraisse moins grave, puisque personne ne m'a vu ! Mais là en plus de la culpabilité, j'ai la honte, honte de ce que je viens de faire. 

Rien que de mettre des mots sur ce qui ce passe dans ma tête, déjà c'est difficile, mais j'ai honte d'avouer tout ça.

Avant que je n'ai ma sleeve, c'est le paquet de gâteaux qui me faisait du bien, aujourd'hui c'est 1 voir 2 biscuits qui me suffisent. Je suis calée, mon estomac est plein mais mon esprit est encore plus torturé. La culpabilité est encore plus grande ainsi que la honte, car une fois que mon conteneur émotionnel est remplis, je n'ai qu'une seule envie c'est de revenir en arrière pour ne pas manger. Mais c'est vraiment incontrôlable car je sais très bien que ce n'est pas une réelle faim, c'est juste de l'ennui. Et je n'arrive pas à chaque fois à y faire face, il y a des jours ou ça va j'arrive a gérer ça les doigts dans le nez, mais d'autres comme hier c'est juste l'enfer pour moi. 

Pendant les vacances des enfants je ne travaille pas, alors c'est un combat quotidien ou presque. Quand je travaille je n'ai pas besoin de mettre toute mon énergie dans ce combat, car je ne pense pas du tout à la bouffe ! Je peux passer la journée sans manger, le midi quand je travaille et que j'enchaine sur toute la journée jusqu'au soir 19h20 il m'arrive de ne pas manger et de ne pas penser une seule seconde à la nourriture, c'est quand arrive le soir où je me rend compte que je n'ai pas autre chose dans l'estomac que mon café au lait du matin et le thé du midi pris avec les collègues !! Ces journées là le seul truc que je ressent c'est la soif, je me suis faite avoir une fois, depuis ma bouteille d'eau me suit partout.

 

C'est bête, mais je sais que si je mets des mots sur mes maux ça va m'aider à y faire face. 

 

Il ne faut pas s'imaginer que le fait d'être opérer arrange tout, facilite tout car ce n'est absolument pas le cas. La culpabilité est encore plus grande que sans opération, la peur est devenue quotidienne. Malgré tous les kilos perdu il m'arrive encore de regretter cette opération, car psych

ologiquement c'était plus facile AVANT. Mais quand moralement ça va mieux, je suis une des plus heureuse d'être passée par la case sleeve, ma vie entière à changée. 

 

Sleeve_Gastrectomy_Igea_2